La prudence de rigueur dans l'octroi de crédits immobiliers, souligne François Villeroy de Galhau

domini immobilier

domini immobilier

La prudence de rigueur dans l'octroi de crédits immobiliers, souligne François Villeroy de Galhau

Dans un contexte économique où la balance entre le soutien à l'activité bancaire et la prévention du surendettement des ménages est plus que jamais délicate, François Villeroy de Galhau, gouverneur de la Banque de France, a pris position. Lors d'une interview pour le Républicain lorrain, il a insisté sur la nécessité d'une offre de crédits bancaires mesurée et responsable.

Un appel à la responsabilité des acteurs du crédit

Le gouverneur a clairement appelé les acteurs du crédit immobilier à respecter scrupuleusement les normes édictées par le Haut Conseil de stabilité financière (HCSF), organisme présidé par le ministre de l'Economie Bruno Le Maire et dont il est membre. Ces normes, révisées trimestriellement, régissent notamment la durée des prêts et le rapport entre le montant des crédits et le revenu des emprunteurs, afin d'éviter une hausse préoccupante de l'endettement des ménages français.

Entre soutien à l'économie et prévention du risque

François Villeroy de Galhau a mis en avant le travail unanime du HCSF, qui a su prévenir les risques liés à l'augmentation de l'endettement des ménages. Il a souligné la progression inquiétante des durées de prêts et du poids des remboursements. Dans son discours, il met en garde contre la tentation de négliger ces normes, tout en reconnaissant qu'il est souhaitable que l'offre de crédits reprenne progressivement.

Un contexte tendu avec les courtiers

Les courtiers en crédit immobilier se montrent particulièrement critiques vis-à-vis des normes du HCSF, notamment en ce qui concerne la limitation du taux d'endettement à 35% des revenus. Des manifestations ont eu lieu pour réclamer davantage de souplesse dans l'octroi des crédits, mettant en lumière le débat entre la libéralisation du crédit et la protection des consommateurs.

Vers un suivi renforcé des pratiques bancaires

Le gouverneur a aussi évoqué la nécessité d'un meilleur suivi des taux de refus des crédits immobiliers par les banques, un sujet d'autant plus pertinent que les taux d'intérêt augmentent et que la production de nouveaux crédits est en baisse. Il préconise une veille attentive pour s'assurer que l'accès au crédit reste équilibré et ne contribue pas à un endettement excessif.

La prochaine réunion du HCSF, prévue pour le 4 décembre, sera une occasion d'examiner d'éventuels ajustements techniques. Cependant, François Villeroy de Galhau prévient : tout changement devra être minutieusement évalué afin de ne pas accroître le risque de surendettement.

Dans ce climat d'incertitude économique, la prudence demeure le maître mot pour les institutions financières françaises. Le gouverneur de la Banque de France rappelle que si le dynamisme du secteur bancaire est essentiel au financement de l'économie, il ne doit pas se faire au détriment de la stabilité financière des ménages.

Discussion

Abonnez vous à notre newsletter